Je suis colère.

Et consternation. Et nausées. Et plein d’autres choses encore. Cet article risque d’être décousu, je m’en excuse d’avance. Le sujet a été abordé plusieurs fois, mais en multipliant les occurrences, y’en a qui finiront par comprendre. Peut-être. Un jour.

Vous avez certainement tous (ou presque) suivi l’histoire du hashtag #harcèlementderue qui a fait suite à la vidéo de Sofie Peeters. Pour les retardataires, voici le lien de la vidéo et de quelques tweets en rapport. Vous comprendrez vite mon état.  Le lien.

Ce qui me révolte ? Les réactions. Déjà quand elles viennent d’hommes qui n’ont pas la moindre idée de ce que c’est de supporter ça tous les jours, ça me donne envie de les pendre par les c*uilles. (oui, carrément.) Mais quand elles viennent de femmes, qui devraient soutenir et comprendre, là, je ne sais même plus quoi faire.  Un petit florilège des réactions ainsi que les réponses que j’y apporte.

– « Oh c’est bon, c’est un cas isolé, la preuve elle reste à Anneessens. »

Viens vivre à Bruxelles, ou dans toute autre ville ou village mon grand. Viens me suivre dans la rue

et voir si ça n’arrive que dans les quartiers « défavorisés ». Juste une journée, et tu comprendras que ça arrive partout. Tout le temps. En Belgique comme en France, comme ailleurs. Si tu n’es pas au courant, sors de ta grotte. (Ou restes-y en fait.)

– « Ce n’est jamais qu’un compliment, tu devrais être flattée ! »

Flattée  ?! D’être matée comme un bout de viande fraîche ? De me faire siffler comme on appelle un chien, d’entendre les bisous sonores, les claquements de langues et autres ? De me faire mettre la main au cul dans les transports ou en rue ? Et même quand le « compliment » se fait plus ou moins poli, comment réagir ? Si on nie et qu’on trace notre route, il ne faut pas 2 secondes pour entendre un « Salope ! » « Pute ! » « Chienne va! » fuser. Ou la réaction typique du frustré « Nan mais t’as cru que t’étais Miss Monde ? Sale moche ! » Si on dit « merci », c’est vu comme un « Ok, on baise ? » Et je n’exagère pas le moins du monde. Quand c’est pas ça, c’est le mec qui change de trottoir en même temps que toi, celui qui roule à 2 à l’heure à ta hauteur en t’invitant à venir le sucer dans sa voiture, ou les 5 jeunes qui te bloquent le passage parce que tu ne veux pas donner ton numéro de téléphone. Et que ce soit ça ou te faire plaquer contre un mur, les gens ne bougent pas. Que tu sois Avenue Louise ou à Belgica. Ça fait partie du décor.

– « Oh t’exagères pas un peu ? Un peu parano toi non ? »

Ouais mec, la main au cul j’l’ai inventée, et mon deuxième prénom c’est Jeanne d’Arc. Trouduc.

– « Si tu t’habilles comme ça, tu le cherches ! »

Ah bah oui. Logique. Si je mets une jupe c’est que je suis une grosse cochonne en manque de cul, qui n’attend que de se faire aborder. Mais bien sûr. Et si je me maquille c’est parce que je rêve de me faire prendre dans une ruelle ? On n’est plus au Moyen-Âge les gars. Parce que dire ça, ça revient à dire que  la pauvre fille qui vient de se faire violer l’a bien cherché, avec sa jupe au dessus du genou. Hein, la salope. Vous croyez vraiment que je vais m’habiller en jeans même par 30°C parce que ces mecs n’ont aucune éducation ? Jamais. 

« Han la vilaine elle stigmatise ces pauvres maghrébins. »

Si on ne voit que des maghrébins dans la vidéo, c’est malheureusement parce que dans 90% des cas, ça vient d’eux, sans pour autant dire qu’ils le font tous. Ce n’est pas une manipulation de la réalisatrice. C’est juste un constat. Si vous pensez que ce combat est un combat à vocation raciste, allez jouer sur l’autoroute. Parce que bon, si vous n’étiez pas un poil racistes vous-mêmes, vous y verriez des Hommes avec un grand H, pas une couleur de peau ou une ethnie. On s’en fout qu’ils soient maghrébins, italiens ou anglais. On veut juste qu’ils nous foutent la paix.

– « Oh bah s’il te propose de l’argent, c’est qu’il trouve que tu le mérites, c’est bien ! »

Oui, c’est super flatteur de se faire proposer 50€ pour une pipe alors qu’on attend en jeans dans le hall d’un hôpital. Et logique surtout. On en voit souvent des putes en JEANS dans un HÔPITAL la journée, vous n’avez jamais remarqué ? Rhooo enfin.

– « T’as qu’à baisser les yeux hein, faut pas les chercher »

Et me mettre à quatre pattes aussi ? Bien que l’idée puisse leur paraître plutôt sympa, no way. Je regarde droit devant moi, j’avance. Hors de question de les laisser gagner et d’avoir l’air soumise. La prochaine étape, c’est quoi ? Je ne sors plus de chez moi parce que bon, hein, je me montre au monde, faut que j’assume ?

– « T’as les cheveux rouges, c’est que t’aimes qu’on te regarde, viens pas t’plaindre ! »

Et ? Avoir une couleur de cheveux qui sort de l’ordinaire les autorise à me regarder comme une bête de foire ? À m’insulter ? À me dégrader ? Certainement pas. Et même si parfois l’idée de changer de couleur me traverse l’esprit pour qu’on me foute la paix, je me dis que même brune, ça sera pareil. Parce que j’aurai une jupe ou un décolleté, ou même ni l’un ni l’autre. Que je marcherai dans les mêmes rues, que je prendrai les mêmes métros, et que j’aurai toujours aussi peur de me faire coincer au détour d’une ruelle.

Parce que oui, la peur, elle est là. Souvent je prends la voiture pour ne pas devoir passer par certains coins. Et même là, on arrive à t’emmerder. Le camionneur qui te klaxonne parce qu’il a vue sur tes gambettes. Le gars qui s’arrête au milieu du rond point et descend de sa voiture pour venir te voir. (Si si) Le gars dans la voiture d’à côté qui te mime des gestes obscènes comme un ado de 15 ans. Obligée de fermer ta fenêtre, de verrouiller tes portes et de monter le son. Et d‘attendre que ça passe.

Je vous ai parlé du gars qui descend de la voiture de son pote et me suit dans la rue malgré mes 4 « Non, merci. » ? Du paki du coin qui attend devant ta porte parce qu’il a vu où t’es rentrée ? Des fois où j’ai dû faire des détours ou changer d’itinéraire pour qu’on ne me suive pas jusqu’à chez moi ? J’ai dû oublier. À force hein tu sais, ça devient quotidien. Et ça me fatigue, cette ambiance anxiogène. Pourtant je ne suis pas spécialement grande (au contraire), ni spécialement bonne, je n’ai pas non plus de gros seins. Et pourtant. On est toutes sur le même pied d’égalité. Enfin presque, sauf la connasse du BW qui ne sort pas de son enclos sécurisé, ou alors dans sa voiture avec chauffeur. Celles qui critiquent n’ont jamais été confrontées à ça.

Alors franchement, que tous ceux qui ne sont pas foutus d’au moins accepter que ça existe aillent se faire voir. Vraiment. Et que ceux qui exagèrent en disant « Oh zut j’ai souri à une gonzesse, je fais du #harcèlementderue » retournent jouer aux Légos.

« Quand on sait pas on dit pas » comme on dit. Bisous.

(Je pars en vacances, je validerai les commentaires au fur et à mesure.)

 Et comme c’était très long (comme ma b.. ah non.) voilà plein de patates. Merci soeurette pour la bonne idée.

36 réponses sur “Je suis colère.”

  1. +1111111111111111111111111111

    On dit toujours que c’est pas « si pire » que ça, mais je t’assure, qu’à Montréal, je ne sais pas si c’est une question d’éducation ou si c’est parce que les mecs sont moins cons, mais ici, ça n’arrive pas autant qu’en Europe! Avant de venir ici, j’étais piétonne (enfin, j’avais pas tout le temps la voiture donc…). Mais dès que je devais rentrer plus tard le soir, que j’avais raté mon bus, que je devais marcher ou autre, j’étais JAMAIS à l’aise! Je mettais mes écouteurs comme ça si ça arrivait, j’avais l’excuse du « j’ai pas entendu ».

    Ici je n’ai aucune crainte de prendre le bus à 3h du matin toute seule en plein centre ville pour rentrer chez moi. A Charleroi je ne le ferais jamais! Les gens ne s’imaginent pas ce que c’est… Merci pour ton article, et à Sofie Peeters pour son reportage, parce qu’au moins ça montre le quotidien de beaucoup trop de personnes :s

    Et btw, bonnes vacances à adrien & toi! 🙂

  2. Bien dit!
    Les personnes n’ayant pas vécu ce genre de situation n’on pas l’air de comprendre qu’au delà du raz le bol de ce type de harcèlement les femmes on aussi peur de e qui pourrai leur arriver. Trop souvent j’ai vécu ce type de situation et sous prétexte que j’ai une forte poitrine, lorsque je met un décolté je suis une salope. J’ai parfois eut l’impression d’etre une bête de foire en me promenant dans la rue.
    Être un gros lourd ne dépend pas de ses origines comme certains le disent mais plutôt d’un manque de savoir vivre …

  3. Brune aux yeux bruns super standard et rarement fringué en « fille » je me suis déjà fait suivre en rue par un blondinet du type belgo-belgoïde qui m’a demandé le même genre de choses. Lui répondre poliment que « non » à équivaut à un « oui » et il m’a pisté de plus belle. Autre détail, ceci c’est passé à Uccle, côté Vanderkindere/Churchill et aussi à Woluwé-St-Pierre.
    Ça arrive partout, à bcp trop de femmes.

  4. Je n’ai pas vu la vidéo, apparemment, la RTBF a demandé a ce qu’elle soit retiré.
    Le harcélement dans la rue, c’est partout et pour toutes les filles.
    Même moi qui suit rondouillarde et tout le temps dans des fringues difformes, j’en prends pour mon grade…
    Il parait que j’ai un cul à sodomie, que je dois meugler comme une grosse vache quand on me prend et j’en passe des pires et des meilleurs.
    Le tout sorti le plus normalement du monde comme ça comme ci c’était naturel de balancer ce genre de trucs à une nana qui passe dans la rue…
    Yeah!
    A vomir!

  5. Effectivement, c’est du vécu aussi et je ne trouve pas ça normal d’avoir l’impression que pour ne pas « attirer » le regard et les remarques de cons faut sortir débrayée, les cheveux gras et sans maquillage. En plus, ces idiots en nombre commencent a avoir un pouvoir moral car on se dit ben oui, je me fais « belle » donc ben voilà ce qui arrive… et je suis d’accord sur les 90% … pas la même culture, ras le bol, on veut juste du respect ce mot qu « ils » utilisent tous si bien! … le dernier en date rue Antoine Dansaert (en journée) me suivait en me disant que ses couilles le grattaient (en se les grattant) et en insistant, genre tu viens me les gratter … ou attendre à un coin d’un carrefour de la rue Anspach que mon ami traverse et voir un gars qui me regarde croyant que je fais le tapin … à avoir peur de s’immobiliser 30″ … bref, 100% d’accord avec ton coup de gueule !!! après ça, passe de bonnes vacances ! 😉

  6. Je dis BRAVO !!

    Quand je vous lis ou quand je vois, ou plutôt entends ce genre de « glorieux » commentaires (avec le « chaleureux » accent de banlieusards), j’ai honte d’être un mec !!
    Que dire de plus ?
    Le respect est une valeur en voie d’extinction dans de nombreux domaine, hélas !!
    Je crains pour le futur de mes 2 filles qui n’ont que 4ans1/2 et 16 mois…

    Bien cordialement,
    Vincent H.

  7. J’adore!!! Tu viens d’exprimer en un comm ce que je tente d’expliquer au monde depuis des années! Je dis BRAVO et j’espère que ça finira par ouvrir les yeux des gens sur ce qu’on supporte TOUS LES JOURS (oui oui, tous les jours…)!!!
    Bzoo

  8. Bon, je suis un de ces maghrébins, un de ces jeunes issus d’un de ces quartiers défavorisés. Pourtant, il ne m’est jamais passé par l’idée d’adopter ce genre de comportement. Culturellement, j’ai été élevé selon des principes pas très belges. Pourtant jamais je n’ai proposé à une fille en pleine rue de ba*ser ou quoi. Donc parler de la différence de culture me dérange pas mal. 🙂

    Après bien sûr, je méprise totalement ce genre de pratique.

    1. Wissam, je pensais l’avoir assez précisé, il est clair qu’on ne peut pas mettre tout le monde dans le même panier. Mais malheureusement quand tu te fais insulter/reluquer/coincer/aborder, c’est quasi tout le temps des maghrébins.. Je le sais, je le vis tous les jours. Et c’est triste parce que toute une population en prend pour son grade à cause de ce genre de personnes.

      1. Je comprends tout à fait. Perso je méprise ce comportement.

        Je pense que le problème vient de l’éducation surtout. De la perception qu’on a de la femme dans la société et pas seulement par les gens issus de l’immigration. Les parlementaires français ne sont pas des maghrébins. C’est juste que les gens ont un problème avec le sexe féminin. Qu’une femme soit en minijupe/décolleté ou avec un niqab ne change rien. Certains arrivent à les imaginer nous sous leur voile.

        http://www.dailymotion.com/video/xiv64d_viedemeuf-les-relous_fun

        Une excellente manière d’en parler. 😀


  9. J’en ai le souffle coupé
    Ton article est comme d’habitude tellement bien écrit. Tu as su exprimé ce que TOUTE fille ressent.
    Je ne suis ni mannequin, ni actrice à Hollywood (laaaargement pas) et ça m’arrive.Ca peut arriver à n’importe quelle fille dans n’importe quelle tenue. Tout simplement parce que certains mecs pensent qu’on est encore des siècles en arrière où les femmes ne sont que des objets prêts à faire leur 4 volontés…
    Après certains comms de mecs qui déplorent ce comportement font chaud eu coeur…
    Mais ce qui me dérange encore plus dans tout ça… c’est que quand ça arrive personne ne bouge, tout le monde a peur (de se prendre un coup de poing, de couteau ou autre).
    Parce que, que ce soit en Belgique ou en France, les gens « normaux » c’est pas dans leurs habitudes d’avoir sur eux de quoi se défendre… ou d’avoir l’habitude se battre. donc on a peur… et ça commence à m’agacer que dans des pays libres, on ait peur de se ballader et de défendre une nana qui se fait rentrer dedans.
    Mais bon j’ai espoir que plus on en parle, moins ça arrive… ou tout au moins plus on ait le courage de …prendre des cours de tae kwe do 😉
    Bises ma belle

    1. Non pas qu’effectivement les plus jolies filles le méritent plus que les autres, mais l’impression d’être traitées comme des « bout de viande » (pour reprendre les mots) sont horriblement vrai. Parce que quand on est comme le commun des mortelles et qu’on ne fait pas partie des bombes atomiques on s’en mange tout autant…

  10. Je n’avais jamais imaginé que c’était à ce point. Je me promène pourtant souvent avec ma copine du coté de Louise ou Dansaert ou dans d’autres coins de Bruxelles. Sans doute que comme je suis là, les remarques se font moins présentes. Mais c’est scandaleux et inacceptable.

    Une fille (ou un mec) doit pouvoir se promener où bon lui semble, quand bon lui semble en étant toujours en sécurité et sans subir ce genre de commentaires.

    Après le constat difficile, reste à identifier ce qui peut être fait pour que ce genre de pratique cesse.

  11. Tout est dit!!!! Je valide à 1000000%!
    J’ai 45 piges et toujours pas hors de portée de tous ces malotrus mais ce qui m’inquiète le plus c’est l’avenir de ma fille 🙁
    Merci pour cet article

  12. J’ajouterai également que le pire dans l’histoire, c’est qu’on s’y habitue. J’ai déménagé à Gand il y a 2 mois, entre autres parce que Bruxelles, ce n’était plus possible: trop d’insécurité, l’impression de ne plus pouvoir profiter de ma ville comme j’aurais voulu, je n’y étais plus à l’aise, j’avais peur jusqu’à dans mon appartement. La première question de mon mec, à la sortie du reportage, c’était « et c’était vraiment comme ça quand tu habitais à Bruxelles? Mais pourquoi tu ne m’as jamais rien dit avant? Comment ça se fait que ça ressort seulement maintenant »?
    Et là, je me suis rendue compte: « euh bah…je ne sais pas, j’imagine que j’avais pris l’habitude et que d’une certaine façon, j’avais fini par accepter que ça faisait partie de la vie et que ça ne changerait pas ». J’avais tort et je suis bien contente que ce problème latent ait fini par faire surface et fédérer autant de nanas. Il ne faut pas s’avouer vaincues et accepter quelque chose d’aussi inacceptable.

    1. Oui voilà, c’est ça qui m’a le plus choquée en fait. C’est que ça nous arrive tous les jours, mais on le remet même pas en question (enfin jusqu’à cette vidéo) parce qu’on s’y est tellement habitué que ben on se dit que c’est comme ça, tant pis ! C’est fou d’en arriver là maintenant qu’on y pense …

    2. Oh mais oui ! C’est ce qui me paraissait le plus fou à moi aussi : découvrir que ça pourrait être différent. J’essaye de mettre mes écouteurs moins souvent (avant c’était systématique) histoire de ne plus me mettre d’oeillères !

  13. Merci pour ton article. Je pense que les réactions de certains hommes (« tu l’as bien mérité » etc.) sont totalement infondées car comment se rendre compte de ce harcèlement quand on ne le vit pas au quotidien et malheureusement ça montre bien que l’image de la femme soumise est encore bien ancrée dans notre société. Beaucoup (sans pour autant être machos) s’imaginent que nous faisons un effort vestimentaire ou que nous prenons soin de nous pour leur plaire et pourtant quand je prends du temps pour choisir ma tenue le matin ce n’est pas en me disant « tiens les hommes ne vont plus se sentir si je mets cette jupe et comme ça on va bien pouvoir me mater toute la journée ». Ce qui est dommage c’est d’hésiter à mettre cette jupe qu’on adore sous prétexte qu’on va rentrer à 3h du mat mais quand on rentre seule certains éléments doivent être pris en compte parce que non on a pas envie de se faire aborder à chaque coin de rue. J’ai aussi l’impression que quelques garçons ont du mal à faire la différence entre faire un compliment à une fille parce qu’ils la trouvent jolie et l’insulter de « salope » parce qu’elle a l’air d’avoir une bonne paire de seins. Malheureusement et même si la condition de la femme évolue ce harcèlement n’est pas prêt de s’arrêter surtout quand on sait que certaines femmes ont d’elles-mêmes tendance à se rabaisser et à se voir comme un simple objet de désir pour les hommes. Ce serait peut-être pas mal d’instaurer dans les écoles des cours de respect de soi car bien souvent cela vient de l’éducation qu’on a reçue.

    Encore merci pour cet article et bonnes vacances!

  14. Après deux ans passés à Liège, en kot, je ne peux qu’approuver et tes propos, et l’idée de les diffuser : pas moyen de sortir de chez soi, dans mon quartier en tout cas, sans regards trop appuyés, sans commentaires en tout genres. Et presque toujours des maghrébins, il faut bien le dire. Et aussi bien en jupe ou robe, qu’en revenant de la piscine en jean, sweat et cheveux sans dessus-dessous. J’étais sidérée au début, mais quand ça se limite à des commentaires sans trop d’insistance et surtout sans tentative d’attouchement, j’avoue que ça finit par me laisser assez froide, et que ce genre de cocos me fait plus pitié qu’autre chose – ce qui ne serait sans doute pas le cas si ça allait plus loin.

    (oxymore, si ça te rappelle quelque chose 😉 )

  15. Je vais peut-être aller un peu à contre-courant de tout ce que j’ai lu ici, mais je dois avouer que je ne partage pas tout à fait votre point de vue. Après avoir visionné ce reportage qui est, en fait, le mémoire d’une étudiante du Rits donc thumbs up!, je me suis dit: M’enfin je suis tous les jours dans ce quartier, soit pour prendre le tram, soit pour aller chez les imprimeurs, soit pour aller manger, soit pour aller chez Pêle-Mêle et je ne me suis jamais fait embêter. Quand je dis jamais, c’est jamais. Aussi bien en pleine journée qu’à des 3h du matin en rentrant de soirée.
    Donc je dois bien avoué m’être demandé s’il n’y avait pas un effet d’exagération dû au montage. Sophie Peeters avait un angle, elle n’allait pas montré dans son reportage des hommes qui vous laissent passer avant eux ou qui vous tiennent la porte, etc.
    Je pense que son enquête aurait pu avoir encore plus de poids si elle était aller promener sa caméra dans des quartiers « plus chics » comme à Uccle ou avenue Louise. Cela nous aurait évité de voir le débat glisser vers un racisme primaire.
    Finalement, je ne dis pas que je ne partage pas cette angoisse quand je rentre tard chez moi, mais ce qui est sûr, c’est que je me suis plus souvent fait embêter par des clochards ou par des alcooliques que par des mecs en recherche d’une proie. Sentiment que, comme Niilah, je n’avais pas du tout quand j’étais à Québec.

  16. très bien rédigé, très bien illustré, félicitation!
    C’est un beau combat à mener, une pierre de plus à poser à l’édifice d’une société faites d’hommes et de femmes civilisés, éduqués et instruits.
    Et puis pour nous les hommes, ça nous promet peut être un jour où les femmes, qui se sentiront à l’aise et en sécurité, seront plus facilement abordables par nous les gentlemans!

  17. Merci pour cet article !

    Je suis consternée… Je ne trouve même pas de mots…

    (J’avoue je n’avais pas tout suivi et là je découvre la vidéo… Quel horreur ! D’autant plus que ce genre de choses se passent même en dehors des grandes villes… Y’en a marre!)

  18. C’est un manque de respect total envers nous les femmes. Comme tu le dis si bien on est de « la viande ».
    En tout cas c’est un article parfait, tu as su mettre les mots là où il faut pour pousser ce coup de gueule !

  19. J’ai eu ton article par le biais de Pierre et nous parlions hier de cette vidéo comme j’en ai discuté avec mon copain (le genre tout gentil tout n’ange tu vois) et effectivement j’aurais pu moi-même écrire cet article tant j’ai ressenti et vécu TOUTES ces situations que tu décris au moins une fois … malheureusement.

    Maia Mazaurette avait déjà écrit un article en expliquant que de « sortir en jupe dans Paris devenait irrémédiablement la jungle en se faisant aborder tous les 36mètres », j’en fais dans cette ville et sa banlieue le constat tous les jours et finis par devenir maître en la matière lorsqu’il s’agit de riposter.

    Et pourtant, comme de nombreuses femmes, je me suis remise en question : je suis certes un « produit exotique » par mon métissage mais, loin du format mannequin (petite et ronde ne constitue pas trop le format mannequin), le plus souvent garçon manqué je ne corresponds pas tant aux critères qu’on lit dans les sondages sur l’esthétisme féminin et encore moins « votre femme idéale ».

    Je constate cependant qu’être une femme féminine de nos jours (ça nous parait répétitif comme terme certes et pourtant il est plus que nécessaire) eh bien c’est une grande contradiction : il faut être féminine pour être considérée comme femme normale mais à outrance on ne bénéficie plus du regard satisfait de la société, seulement d’une image légère fondée sur de simples préjugés. J’ai alors envie de dire : Sociétés occidentales, savez-vous vraiment ce que vous voulez? Où se situe le juste milieu entre la burqa et la mini-jupe selon vous? (Y’a t’il un appareil de mesure pour la sexytude de son pull ou de sa jupe?)

    En conclusion, on peut noter un comportement de plus en plus agressif chez la Femme Occidentale, comportement qui n’est pas tant pour se dépétrer au quotidien des plus lourdauds que d’affirmer inconsciemment son DROIT à la féminité, à la liberté de l’être et de circuler comme bon nous semble en disposant de nous-même comme nous l’entendons.

    Je t’offre néanmoins un petit bonus, chère Aurore, ainsi qu’à tes lectrices 😉 :
    En France à certains pếcores qui se hatent de redire sur nos jupes et robes, laisse pantois plus d’un mâle perfide le fait de répondre simplement : « mettre un pantalon? Je peux pas, la Loi me l’interdit, renseigne-toi!  » …. Eh oui ! Il existe encore une loi qui JAMAIS n’a été abrogée exprimant que toute femme hors la chasse à canasson ne peut se vêtir d’un pantalon, loi probablement moyen-ageuse ou plus tardive mais qui jamais ne quitta les livres de Loi !

  20. Comme tout le monde je trouve cet article très bien rédigé, très structuré malgré ce que tu en dis au début..

    Je n’ai jamais vraiment été suivie dans les rues de Bruxelles (à part une fois peu après avoir emménagé) mais je trouve que déjà les regards sont lourds. Ayant une poitrine assez importante, et comme c’est la seule partie de mon corps que j’aime vraiment (oui je suis une fille complexée.. comme à peu près toute 🙂 ), j’ai toujours l’impression d’être comme tu le dis si bien un morceau de viande à sauter. Et déjà rien que ça j’ai beaucoup de mal à supporter.

    Bref, merci pour cet article. En espérant qu’au final si beaucoup de gens en parle ça puisse changer les choses. (l’espoir fait vivre dit-on 🙂 )

  21. Tout a été dit ! 🙂
    Ce que tu fais là c’est vraiment résumer ce que beaucoup de filles pensent ! Même si je suis moins la cible de ce genre d’agression que d’autres filles (mon physique n’étant pas le canon de beauté de notre époque ! ), quand je me promène en rue, j’ai clairement la trouille. Cependant, jamais je marcherai en baissant les yeux bien au contraire ! Je marche la tête haute en regardant face à moi parce que j’ai absolument pas envie d’être paralyser par la peur de me faire agresser ou insulter.

  22. T’as raison sur tout sauf sur deux points: justement les grandes se font moins emmerdé (c’est des couillons ils préfèrent emmerder les petites, ça à l’air plus inoffensif) et on nous emmerde aussi dans le BW parce que même dans une ville comme Wavre il y a des personnes-dont-on-ne-peut-pas-citer-l’-ethnie-sans-par-être-raciste mais moins qu’à Bruxelles (je connais les deux donc je peux comparer les emmerdes) .

  23. En tant que mec, sur Bruxelles; y’a aussi des blaireaux qui viennent m’emmerder, pour une clope, un peu de pognon ou eventuellement une tentative de racket. D’accord, c’est pas sexuel ni forcément injurieux pour ma personne mais ca n’en est pas moins chiant.
    C’est la ville, il y a énormément de gens et donc un joli potentiel à tomber sur des blaireaux. Il y en a partout, c’est comme ca et ils sont encore plus virulent lorsqu’ils se retrouvent en bande. Seulement voilà, on a beau faire des scandales par videos ou blog posts interposés, ca ne va rien changer.
    Est ce que les filles le recherchent forcément ? Non. Mais sachant qu’on va se balader dans une ville ou dans un quartier « à risque », on pourrait faire un effort sachant bien sur qui on pourrait tomber. Un jeans par 30° ? Ouais c’est peut etre pas cool pour une fille, je peux comprendre ca. Mais voilà, moi j’évite de sortir ma tablette dans le metro, c’est pas cool non plus parce que je vais m’emmerder mais c’est le contexte qui veut ca. Je n’irais pas plus m’assoir face à un clochard pour manger un maxi menu du Quick.
    Oui, je condamne ces comportements insultants pour les femmes. Mais en parler à grand coup de « c’est scandaleux », « faut que ca change »‘; je trouve ca ridicule car ne sert à rien sauf à alimenter les polémiques. Les cons sont là, ils existent mais ce n’est pas en les traitant de cons à la face du monde qu’ils vont changer, que du contraire. Ca les excite et ca vous rabaisse à leur niveau.

    1. Ah mais ça, c’est pas parce que je n’en parle pas que je ne le subis pas non plus. Mais pour moi ce n’est pas le même problème, délinquance et manque d’éducation sont deux choses bien distinctes. Moi non plus je ne me balade pas en ville avec mon iPad, je garde mon téléphone dans ma poche avec ma main dessus au cas où on essaye de me piquer mon sac, je ne laisse pas mon sac à main sur le siège passager et je choisis un sac en bandoulière que je tiens devant moi. Je me fais aussi traiter de salope quand je refuse de donner une clope puisque je ne fume pas. Mais là je te parle de se faire insulter matin, midi et soir, quelle que soit ma tenue, quel que soit le quartier. Je fais déjà un « effort » permanent, je n’ai pas une poitrine opulente qui déborde de mon décolleté, on ne voit pas mes fesses quand je me penche, je ne porte pas de hooker shoes avec une tenue vulgaire. Je suis féminine, point barre. Et même en jeans on a droit aux insultes et autres mouvements obscènes. Là où je ne suis pas d’accord non plus, c’est que ça sert d’en parler. Ça conscientise les gens, ça aide les gonzesses à savoir qu’elles ne sont pas seules et surtout qu’elles ne sont pas fautives. J’en ai vu plein des mecs s’étonner de la situation. « Ah bon, c’est VRAIMENT comme ça ? Je ne savais pas » Tu penses vraiment que le wesh qui me traite de tepu en rue va lire ceci ? Non, moi non plus d’ailleurs. Mais si ça peut ouvrir les yeux aux autres, c’est toujours ça de pris.

  24. C’est saoulant! moi maintenant j’ai tendance à foncer dans le tas (pas une solution, pas une brillante idée) mais si je fais comme si de rien, je vais avoir une boule à l’estomac, je vais être révoltée pendant 3 jours^^ et le fait d’avoir une bombe lacrymo dans la poche, ainsi qu’une alarme anti-agression de 130 décibel dans l’autre, ça me rassure 🙂 —–> (Rambo n’a qu’à bien se tenir :o)

  25. Je suis tombée sur cette vidéo il y a queles mois, après tout le monde! Je trouve bien qu’on parle enfin de ça et que les gens se rendent compte de ce qui se passe.
    C’est vrai que je trouve dommage que c’est toujours les mêmes qui sont visés quand il y a un problème en Belgique ou ailleurs (France, USA,…)… Il y a beaucoup d’Arabes en Belgique donc c’est « normal » que ça soit eux la majorité des mecs qui emmerdent les filles, mais ça ne veut pas dire que les Belges, black ou autres ne le font pas, c’est clair. Ce n’est pas une question de rascisme comme tu dis, on s’en fout qui le fait, on en a marre et veut que ça cesse!
    Je met des robes courtes qu’en vacances ailleurs parce qu’ici je sais que je ne serai pas à l’aise et me ferai emmerder…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.